Portrait,

Derrière l’écran #15 : Eloge de la Curiosité

Ce mois-ci, je vous invite à la découverte d'Ondine du blog Eloge de la Curiosité. Un curieux blog à tendance écolo, comme l'indique le slogan de la page d'accueil.

Ce mois-ci, je vous invite à la découverte d’Ondine du blog Eloge de la Curiosité. Un curieux blog à tendance écolo, comme l’indique le slogan de la page d’accueil. Ondine, c’est un peu la star de mon Instagram. Je la suis depuis mes tous débuts sur ce réseau social (il y a environ deux ans) et j’adore sa personnalité : belle, drôle, aimable, sincère, spontanée… Avec des sujets toujours très intéressants et un sourire craquant. Et puis, elle a tout récemment lancé sa propre entreprise : Yogamatata, des tapis de yoga écologiques et éthiques. Bref, une femme inspirante, qui j’en suis certaine, vous plaira beaucoup ! Dans cette interview vous découvrirez qu’Ondine aime la musique, un peu, beaucoup, passionnément, qu’elle a un côté (très) geek, qu’elle parle une langue étrangère, qu’elle est très créative, et encore bien d’autres choses…

Bonne lecture !

Bonjour Ondine, peux-tu te présenter en quelques mots ?

Bonjour et merci de me proposer cette interview, je suis très flattée ! Je suis Ondine, parisienne trentenaire insatiablement curieuse (ça se dit ?) et passionnée par le challenge de vivre plus en harmonie avec mes valeurs malgré les contraintes de la vie urbaine !

Quand as-tu démarré ton blog ?

Si je ne me trompe pas, c’était il y a 3 ans déjà. Comme le temps passe vite… Il y a 3 ans j’étais salariée (en webmarketing dans une start-up d’enseignement de la langue chinoise, que j’ai moi-même appris à l’université car j’ai toujours aimé les cultures asiatiques) et j’avais envie de partager mes passions autres que la langue chinoise 🙂 J’ai lancé ce blog comme un petit plaisir à faire dans mes temps libres. Il a grandi, grandi, et le plus drôle est que maintenant, bien que que mon blog a énormément de visiteurs, que je commence à faire pas mal de collaborations avec des marques engagées et que j’ai créé Yogamatata (bref, maintenant que je n’ai plus AUCUN temps libre haha), le blog reste toujours mon activité de plaisir pour laquelle je tiens à garder du temps car c’est un vrai kif dont je ne me lasse pas !

Pourquoi Eloge de la Curiosité ?

Je me souviens avoir brainstormé avec moi-même pendant une bonne semaine pour choisir le nom de mon blog ! Au tout début, le concept de mon blog était de transmettre à mes lecteurs ma passion pour l’apprentissage et ma curiosité. Je voulais faire passer le message que ce n’est pas parce qu’on ne va plus à l’école que l’on doit arrêter d’apprendre : je crois qu’il est important d’être d’éternels étudiants dans l’âme et de chercher sans cesse à apprendre : de nouvelles connaissances « théoriques » comme de nouvelles compétences « pratiques ».

Crédits photo : Aurélien Guéry

J’ai commencé à parler de tricot, de saponification à froid, de MOOCs, de cosmétiques DIY, de langues… j’ai mis en place très rapidement des ateliers DIY gratuits qui ont eu un joli succès, à La Recyclerie et à Maria Canal : initiation au tricot, suspensions de plantes en trapilho, terrariums… Il y avait déjà un ADN « green » car je suis dans une démarche de consommation plus responsable depuis bien des années, mais plus le temps a passé et plus mon engagement dans le développement durable s’est intensifié, sur mon blog comme dans ma vie ! Mode éthique, restos engagés, cosmétique naturelle et bio, etc. Au final je n’ai pas vraiment de thématique précise car je parle d’un peu tout, du voyage en passant par l’entrepreneuriat, mais en revanche il y a toujours cet ADN « alternatif » green et éthique qui est le fil conducteur de ma vie et donc de mon blog.

Quels sont les sujets que tu préfères aborder sur ton blog ?

Mon blog, c’est un peu un fourre-tout de tout ce que j’aime, de tout ce que j’ai envie de mettre en avant, en accord avec ces valeurs que je suis ravie de partager avec de plus en plus de gens ! J’aimerais parler d’encore plus de choses, car je rencontre de jeunes (et moins jeunes) entrepreneur.e.s qui font des choses fabuleuses et qui ont besoin de visibilité mais c’est le temps qui me manque pour les mettre en avant, malheureusement. En ce moment par exemple, j’aimerais parler encore plus de mode éthique, car c’est un concept fabuleux qui prend de plus en plus d’ampleur et ça me remplit de joie ! Il y a tellement de super marques qui font de belles choses avec une belle éthique sincère, il faut le faire savoir !

J’aimerais aussi informer sur les manières de s’engager de manière plus militante.

Ondine, d'Eloge de la Curiosité : C'est un mot qui fait peur, mais je pense aujourd'hui que la désobéissance civile est notre devoir. Click To Tweet

Faire des petits choses au quotidien c’est déjà génial, mais soyons francs, ce n’est pas assez si nous voulons léguer un monde vivable aux générations futures. J’aimerais présenter des actions concrètes et accessibles comme par exemple, aller en famille aux marches pour le climat, rejoindre des associations ou encore comment s’instruire sur le fonctionnement de notre économie pour mieux appréhender les grands enjeux actuels et à venir. Je vois tellement de mes lecteurs qui ont envie de « faire plus » mais ne savent pas comment faire… c’est à eux que je souhaite apporter des outils afin qu’ils s’engagent à leur manière !

Qu’est-ce que l’éthique pour toi ?

C’est un mot qui en soi ne veut pas dire grand chose. Chacun son éthique… Pour ma part, quand je parle d' »éthique » sur le blog, il s’agit d’initiatives respectueuses des Humains et/ou de l’environnement. Quand on parle plus en particulier de « mode éthique », cela a tendance à englober les deux en général même si à la base, « éthique » fait référence uniquement à la manière dont sont traités les êtes humains tout au long de la chaîne de production et de distribution d’un produit (y compris le client, par exemple en ne lui faisant pas payer des marges excessives).

Quel a été ton déclic pour un mode de vie plus éthique ?

Je n’ai pas du tout grandi dans un contexte familial/social sensibilisé à l’écologie. En revanche, j’ai toujours été manuelle : petite, je fabriquais déjà tout plein de choses, j’avais clairement une fibre hyper créative, toujours en matériaux de récup mais c’était car on n’avait pas beaucoup de sous. Ma mère, très créative également, avait un atelier dans lequel je piquais tous les outils dont j’avais besoin, et le grenier, le garage et la nature étaient mes source de matières premières ! J’adorais dessiner et peindre aussi. Mes plus grands moments de gloire : mon dessin sélectionné pour la couverture du journal de l’école primaire (la fierté de ma mère, vous n’imaginez même pas), et plus tard, en 1ère (spécialité Arts Plastiques), une de mes peintures accrochée dans le bureau du directeur du lycée (wouhouuu) sur la thématique de la vache folle ! Durant mes années étudiantes, je devais m’assumer seule financièrement, alors je travaillais énormément en parallèle de mes études. Je n’avais plus du tout de temps pour tout ça, plus d’atelier à disposition, et pas de budget. J’ai arrêté mes activités créatives durant pas mal d’années. Ca m’a énormément manqué. Dès que j’ai commencé à gagner ma vie, c’est l’une  des premières choses que j’ai faite : me remettre à fabriquer des trucs ! Je n’ai plus jamais dessiné ni peint, mais j’ai eu terriblement envie de fabriquer des choses « utiles ».

Crédits photo : Aurélien Guéry

Vers la fin de mes études, un de mes meilleurs potes de la fac, aussi créatif et manuel qu’écolo (Fabiano, si tu me lis) m’a offert un savon qu’il avait fabriqué lui-même en saponification à froid. Ca m’a totalement fascinée, j’ai réalisé qu’on pouvait fabriquer plein de choses vraiment utiles au quotidien, c’était un vrai électrochoc ! En parallèle, j’ai commencé à prendre conscience des problématiques environnementales et sociales grâce à mes diverses rencontres et à mes études en géopolitique. J’ai fait un mémoire de Master 2 sur les éco-mafias en Italie et mes recherches m’ont permis de prendre vraiment conscience de l’ampleur de la catastrophe environnementale, en Italie mais aussi partout ailleurs dans le monde. J’ai commencé à réfléchir à l’impact de mes achats, à devenir « flexitarienne » puis végétarienne, à fabriquer des tonnes de savons, des cosmétiques et produits d’hygiène… petit à petit, c’est devenu tout simplement ma manière de vivre, ma normalité, et j’essaie de continuer à avancer toujours plus loin sur ce chemin à mon rythme !

Quel est ton rapport aux réseaux sociaux ?

Aaaah, les réseaux sociaux, j’ai un rapport très particulier avec eux car je suis social media manager depuis pas loin de 10 ans. J’ai toujours été très TRÈS geek (oui, je sais, j’en ai pas l’air mais j’ai aussi été hardcore gameuse en MMORPG!) et passionnée par Internet depuis ses débuts. Je traînais sur les chats et les forums bien avant l’arrivée de Facebook ! J’ai donc construit toute ma vie professionnelle et personnelle sur les réseaux sociaux.

De nature réservée, j’ai toujours été plus à l’aise derrière un écran et à la suite de mes études, il m’a semblé évident que c’était sur les réseaux sociaux que je devais travailler. C’est un outil merveilleux, une révolution de la société humaine moderne. Et comme tout outil puissant, l’important est de l’utiliser à bon escient et d’éviter les dérives. Je m’intéresse beaucoup à l’impact des réseaux sociaux sur la société et j’espère qu’il sera positif à terme, car actuellement il ne me semble pas pouvoir affirmer que ce sera le cas. On commence déjà à en percevoir des effets négatifs : le harcèlement scolaire qui s’amplifie en ligne, les complexes générés par les stars d’Instagram à la vie entièrement mise en scène et retouchée, les fake news et leur impact gigantesque sur l’opinion publique ou plus récemment l’affaire française de la Ligue du LoL… Je m’efforce d’avoir, à ma modeste mesure, un impact positif sur les personnes qui me suivent sur les réseaux sociaux. Pour cette raison, j’aime tout particulièrement le réseau social Pinterest qui est un réseau où l’égo n’a pas sa place : on s’y rend pour s’inspirer, se faire du bien, c’est un réseau social « cocon » que je trouve beaucoup plus sain qu’Instagram par exemple ! J’y suis très active, vous pouvez me suivre ici 🙂

Parle-nous de ton entreprise Yogamata…

Crédits photo : Nicolas Mathian

Yogamatata, c’est mon petit bébé ! C’est un projet que je porte depuis 2 ans et qui s’est concrétisé récemment. Le concept de Yogamatata est de proposer des tapis de yoga plus éco-responsables et éthiques que ce qui existe déjà sur le marché, tout en étant stylés et très qualitatifs ! J’ai été sidérée de découvrir les dessous de l’industrie du tapis de yoga (et pour être honnête, de l’équipement de yoga en général, où le greenwashing est omniprésent). J’essaie donc avec les moyens qui sont les miens de proposer une alternative qui ne prétend pas être parfaite mais qui a le mérite de porter tous les efforts que l’on peut faire dans ce domaine : des matières végétales renouvelables qui ne nécessitent aucun abattage d’arbres (le liège et le caoutchouc naturel), une production contrôlée par une entreprise indépendante d’audit éthique, le choix d’un fabricant conforme aux réglementations européennes (c’est rare, et c’est très cher), packaging zéro-déchet en papier ensemencé par notre partenaire Papier Fleur, un don de 2€ à l’association Mécènes et Parrains d’Abeilles pour chaque tapis vendu afin d’ensemencer les friches agricoles françaises de fleurs des champs, adorées des pollinisateurs et tout plein d’autres détails que vous pouvez découvrir sur le site de Yogamatata !
Dans cette aventure dingo qui m’a donné des cheveux blancs (littéralement) j’ai une associée de choc, Johanna, que je connais depuis que l’on a géré ensemble un potager en banlieue parisienne. C’est une super nana et on est très complémentaires !

On espère porter ensemble Yogamatata le plus loin possible et inciter par notre action l'ensemble des marques d'équipements de yoga à plus d'éco-responsabilité et plus d'éthique ! Click To Tweet

Quelle est la mauvaise habitude dont tu ne sais pas te passer ?

Sans hésiter : traîner au lit ! C’est terrible, je n’arrive pas à sortir du lit quand je n’ai pas de rendez-vous le matin. Je ne dors pas forcément, je peux même passer une matinée à travailler au lit… mais quand même, c’est pas top comme habitude ! Je suis tellement bien dans mon lit… J’aimerais tant être comme ces gens qui sautent du lit naturellement dès qu’ils s’éveillent !

Si tu étais une musique, quelle serait-elle ?

Aaaaah choix tellement impossible ! Je suis trèèèès musique, et en plus de ça je suis très éclectique. J’écoute vraiment de TOUT… Je pense que j’aimerais être une compilation improbable qui rassemblerait Stevie Wonder, David Bowie, Didier Super, IAM, Red hot Chili Peppers, la B.O. de Vaiana, Odezenne, Disturbed, Bagarre, The Black Keys, Mariza, The Beatles, John Legend, Emiliana Torrini, Kate Bush, Schubert, Amadou & Mariam, Billie Holiday, Barbara Streisand, Supertramp, Suprême NTM, Rihanna, Kendrick Lamar, Edith Piaf, Barbara, Corine, Childish Gambino, La Femme, Jeff Buckley, Les Destiny’s Child, Angèle, Bruno Mars, Hollydays, Lana del Rey, Chilly Gonzales, Rosalia, Juliette Armanet, Fever Ray, Mademoiselle K, Lauryn Hill, Cat Power, Texas, The Knife, Nouvelle Vague, Selah Sue, Les Brigitte, Björk, Fauve, d’Angelo, Breakbot, Soundgarden, Pow Wow, Blackstreet, Marwa Loud, Françis Cabrel, Dr Dre, Vanessa Paradis, The Beach Boys, Ben Howard, Jamie XX, Major Lazer, Alabama Shakes… bon, j’arrête là de lister mes playlists car il faudrait encore des dizaines de noms essentiels pour avoir le panel de ce qui fait mon univers musical ! Mais ça me ressemble assez bien finalement car il y a un paquet de facettes très variées dans ma personnalité !

Quelle est la citation qui te parle le plus/te définit le mieux ?

« Il ne faut avoir aucun regret pour le passé, aucun remords pour le présent et une confiance inébranlable pour l’avenir ». C’est une citation de Jean Jaurès. J’essaie d’appliquer cette philosophie, ce n’est pas évident mais essayer au moins de m’en rapprocher me permet de mieux avancer dans la vie. Le passé est le passé et quel qu’il soit, on ne peut pas le changer, alors pour avancer on n’a pas d’autre choix que de l’accepter. Les gens que je connais qui n’avancent pas dans leur vie sont ceux qui restent bloqués dans leur passé et/ou qui ont peur du futur. Il n’y a pas de secret, avancer dans la vie (ou même tout simplement vivre plus intensément) demande de la résilience et du courage. Rien ne se passe dans les zones de confort. Il faut laisser le passé derrière soi et oser se lancer vers l’inconnu.

Ondine d'Eloge de la Curiosité : J'ai passé ma vie à me lancer dans l'inconnu sans aucun parachute, et au final il ne s'est jamais rien passé de grave, bien au contraire ! Click To Tweet

La seule chose qui nécessite de faire un peu attention, je crois, c’est quand on a des enfants à charge. Mais même dans ce cas il ne faut pas se priver d’avancer, juste prévoir un plan B et faire en sorte de préserver un tant soit peu de stabilité pour ses enfants. J’ai beaucoup souffert étant enfant de changer de ville et donc d’école et d’amis très souvent, je suis donc convaincue qu’il faut préserver les enfants de l’instabilité. Pour autant, cela n’empêche pas de faire un grand changement de vie. Juste, pas tous les 6 mois ou tous les 3 ans, car même un simple déménagement est un immense bouleversement dans la vie d’un enfant, alors il ne faut pas en abuser !

Et enfin, quel est ton compte Instagram coup de cœur du moment ou de toujours ?

Il y en a plein, mais si je devais faire un choix je parlerai d’un compte assez peu connu histoire de lui faire de la pub ! Il s’agit du compte de @idealiststyle. Je la suis depuis des années : c’est une jeune femme norvégienne aussi belle que brillante, passionnée de mode éthique et d’upcycling. J’adore voir ses photos et lire ses publications ! Sinon, je suis hyper fan des comptes d’inspiration des années 70, 80 et 90 !

Un tout grand merci pour cette belle interview Ondine !

Si ce portrait vous a plu, n’hésitez pas à le partager sur Pinterest, le réseau social à% d’égo.

Crédits photos couverture : Nicolas Mathian

6no comment

Répondre

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Suivez-moi sur Instagram