Inspiration,

Food#1 : l’alimentation durable, c’est quoi ?

En qui concerne la consommation durable, l’alimentation est primordiale. En tant que grande gourmande, je suis prête à consacrer une part de mon budget plus importante à la nourriture qu’à d’autres types de consommation. Néanmoins, je suis persuadée qu’il est possible de se nourrir de manière saine, dans le respect du produit et du producteur sans devoir augmenter son budget nourriture. Il s’agit plutôt d’une adaptation de notre mode de consommation alimentaire. J’ai donc décidé de commencer une nouvelle série d’articles dédiés à l’alimentation durable.  J’espère que ceux-ci vous passionneront autant qu’à moi et vous donneront envie de repenser peu à peu votre manière de manger.

Cet article ouvre le bal en établissant les contours de l’alimentation durable : qu’entend-on par alimentation durable ? Pourquoi est-elle importante ? Quels sont ses concepts-clés ?

Bonne lecture !

Un mode alimentaire mondialisé et distancié

« Nous sommes devenus tellement distants de notre nourriture que nous commençons à la voir comme une marchandise ».

Cette phrase percutante issue du documentaire Substainable résume à elle seule l’industrie agro-alimentaire de nos sociétés d’aujourd’hui : une multitude d’intermédiaires, une industrialisation des méthodes de production, un épuisement des ressources naturelles, un gaspillage démesuré, etc.

Depuis la révolution industrielle, les innovations techniques, la spécialisation de l’agriculture, les diminutions des coûts de transport et la libéralisation de l’économie ont conduit à une mondialisation de nos modes de production.

Notre système alimentaire amène à produire là où les coûts sont les plus bas. Cela induit des conséquences sociales : pertes d’emploi dans les pays industrialisés, conditions de production difficiles. S’y ajoutent des impacts environnementaux : épuisement des ressources naturelles, dégradation des paysages, artificialisation des produits, délocalisation des activités et exportation dans le monde entier, disparition de producteurs locaux, irrespect monstrueux envers les animaux d’élevage.  N’oublions pas une autre conséquence majeure : le gaspillage alimentaire, complètement banalisé.

Pourquoi repenser notre alimentation ?

Repenser nos modes d’alimentation est plus qu’une lubie, c’est une nécessité car nous traversons et traverserons dans le futur une crise alimentaire liée à plusieurs facteurs :

  • augmentation démographique : La population mondiale passera à plus de neuf milliards d’êtres humains en 2050. L’ONU a estimé en juin 2013 que la population mondiale passera de 7,2 milliards en 2013 à 9,6 milliards d’êtres humains en 2050.
  • ressources naturelles affaiblies : Nos ressources ne sont pas infinies et l’appauvrissement des terres engendre également des difficultés à imaginer pouvoir nourrir neuf milliards d’êtres humains de la même manière que nous produisons, distribuons et consommons notre nourriture actuelle.
  • urbanisation croissante : Actuellement 54% de la population vit dans des zones urbanisées et l’ONU prévoit qu’en 2050, ce chiffre passe à 66%. L’urbanisation allonge les distances entre producteur et consommateur, et complexifie la chaîne alimentaire en augmentant les distances de transport, la gestion de la chaîne du froid et le nombre d’intermédiaires. Nous devons donc nous assurer que ces villes soient résilientes et capables de se fournir en denrées alimentaires, d’autant qu’elles grignotent par ailleurs l’espace agricole disponible.

Qu’est-ce que l’alimentation durable ?

La FAO définit les régimes alimentaires durables comme des «  régimes alimentaires ayant de faibles conséquences sur l’environnement, qui contribuent à la sécurité alimentaire et nutritionnelle ainsi qu’à une vie saine pour les générations présentes et futures. Les régimes alimentaires durables contribuent à protéger et à respecter la biodiversité et les écosystèmes, sont culturellement acceptables, économiquement équitables et accessibles, abordables, nutritionnellement sûrs et sains, et permettent d’optimiser les ressources naturelles et humaines ».

En Belgique, Bruxelles-Environnement (2013) définit l’alimentation durable selon différents aspects : mieux manger ; se nourrir d’aliments non transformés (de préférence des aliments locaux, de saison, bio et éthiques) ; privilégier les circuits courts ainsi que réduire le gaspillage alimentaire et les déchets tout au long de la chaîne alimentaire.

L’alimentation durable repose sur les concepts suivants :

  • échelle spatiale : le système alimentaire est local si la production, la distribution et la consommation sont proches d’un point de vue géographique, ou au contraire, global, si ces trois composantes  sont plus éloignées.
  • nombre d’intermédiaires : moins il y a d’intermédiaires le long de la chaine d’approvisionnement, plus le circuit sera dit « court ».
  • organisation du travail : le travail organisé de manière artisanale, opposé à celui organisé de manière industrielle.
  • qualité du produit : la qualité du produit suit des conventions et des standards.
  • respect de l’environnement : préservation des ressources, non utilisation de substances toxiques, respect des animaux
  • réduction du gaspillage alimentaire.

En résumé, l’alimentation durable est nutritive, équitable et abordable !

J’espère que cet article vous donnera envie d’en apprendre plus sur l’alimentation durable et sur la manière dont nous pouvons la concrétiser au quotidien, en tant que consommateur. Car nous avons tous notre rôle à jouer ! Et si vous voulez démarrer quelque part, cessez simplement d’acheter des œufs de batterie !

Crédits photo : Unsplash

22 comments

2 Comments

Marie E.

Un article super intéressant, j’ai hâte de lire les prochains de cette nouvelle catégorie.
A très vite,

Répondre

littlegreenbee

Merci pour les encouragements Marie ! C’est une thématique peu abordée et qui me passionne, reste à canaliser tout ça dans des articles intéressants !
Le prochain sortira très bientôt 😉

Répondre

Leave a Reply

Suivez-moi @ instagram