Astuces conso, Humeurs,

Zéro déchet #2 : réduire son empreinte numérique

Voici un deuxième article consacré à la thématique « zéro déchet » et j’ai voulu cette fois parler de notre empreinte numérique. Car notre comportement virtuel a un impact bien réel sur l’environnement. Je souhaite partager avec vous mes découvertes sur ce sujet passionnant et vous donner quelques trucs et astuces pour réduire notre pollution numérique.

Qu’est-ce que l’empreinte numérique ?

L’empreinte numérique, c’est le pendant de l’empreinte écologique pour ce qui a trait au monde virtuel. L’empreinte écologique calcule notre bilan carbone en fonction de nos activités, c’est-à-dire ce que l’on rejette comme émission de CO2 dans l’atmosphère, de par notre existence. Ou plus concrètement, c’est la surface terrestre dont on a besoin pour vivre. Si cela vous intéresse, le WWF Suisse permet de calculer son empreinte écologique. (Pour info, 1000 francs suisses = 938 euros).

Notre empreinte numérique, c’est donc la pollution que nous générons lors de nos activités numériques.  2% des émissions de CO2 mondiales proviennent de l’activité numérique (2 fois plus qu’il y a 15 ans). Ce qui pollue, c’est l’infrastructure informatique lourde (fibres optiques et câbles, matériaux qui font transiter les informations), les centres big data qui stockent nos données qu’il faut refroidir au quotidien, les objets hyper connectés (domotique, thermostat, etc.). La mise en place du cyber espace (« le cloud« ), c’est-à-dire du le stockage de nos données dans des data centers semble dématérialiser nos données mais il n’en est rien. Les data centers sont très énergivores en électricité. Et ce sont des centrales électriques au charbon qui sont principalement utilisées. En 2019, le net générera plus d’émissions de CO2 que le secteur aérien. Si on a cru un temps que le net permettrait la dématérialisation, on constate maintenant que la fabrication d’un DVD génère moins d’émissions de CO2 que de regarder un film en streaming.

3 astuces simples pour surfer écolo

Gérer ses emails

Envoyer un email génère de la pollution. Plus une pièce jointe est volumineuse, plus les émissions de CO2 sont importantes. Ainsi, l’envoi d’un email avec une photo équivaut à garder une lampe allumée pendant une heure (source : Ademe). Par ailleurs, conserver ses emails relève de ce qu’on appelle la « pollution dormante » car cela implique de faire tourner des serveurs : Gmail ou Yahoo scanne nos emails en permanence et cela consomme énormément d’énergie. La solution  ? « 1 clic et poubelle« , pas besoin de conserver ses mails pendant des années.

Astuces de l’ADEME :

  • limiter l’envoi de mails groupés
  • envoyer des photos en basse résolution
  • conserver uniquement les mails nécessaires
  • vider notre corbeille
  • lutter contre les spams (90% des emails)

Newmanity, boite mail écolo

Saviez-vous qu’il existe une boite mail zéro déchet ? Newmanity se présente en effet comme une boite mail entièrement green. Les mails sont hébergés dans un centres de traitement de données aux Pays-Bas, alimenté par des énergies renouvelables.  Les serveurs sont réalisés à partir de matériaux recyclés et sont zéro émission carbone. La chaleur produite par les serveurs est par ailleurs utilisée pour chauffer des bureaux. 16 000 utilisateurs sont passés chez Newmanity. Ferez-vous partie des prochains ?

Utiliser des moteurs de recherche écologiques

Chaque recherche que l’on fait sur Google émet des rejets de CO2. Google a besoin d’autant d’énergie que la ville de Bordeaux pour fonctionner. Alors tant qu’à faire, autant utiliser un moteur de recherche écologique tel qu’Ecosia (mais il en existe bien d’autres). Chacune de vos recherches sur Ecosia permet de planter des arbres. Depuis que j’utilise Ecosia, j’ai aidé à replanter 398 arbres !

Le principe est simple : grâce aux revenus publicitaires engendrés par nos recherches, Ecosia finance des programmes de plantation d’arbres. Je vous suggère ce très bon article de Consoglobe pour en savoir plus sur Ecosia.

Installer Ecosia en 1 clic

  • Sur Chrome : rendez-vous dans le Chrome web store, et tapez « ecosia » dans la boutique. Cliquez sur le bouton à droite « Ajouter à Chrome ». Confirmez l’ajout de l’extension dans le pop-up qui s’ouvre.
  • Sur Firefox : rendez-vous sur la page des modules de Firefox et ajoutez le module Ecosia.
  • Sur Internet Explorer : tapez Ecosia dans votre moteur de recherche habituel. Il vous sera proposé à droite de votre écran de faire d’Ecosia votre moteur de recherche préféré. Suivez les étapes indiquées. Le tour est joué !

Supprimer la publicité

La publicité est tant source de pollution intellectuelle qu’environnementale. En effet, comme tout autre type de données, des serveurs sont utilisés pour leur stockage et leur transmission. Et ces publicités, franchement, on s’en passerait bien ! Il est très simple d’installer des logiciels qui empêchent leur diffusion. Je vous recommande sans hésiter Adblock, qui se présente comme « une extension gratuite qui bloque les publicités intrusives des pages web, et contribue à vous protéger contre les logiciel malveillants et espions« . Sans compter qu’elle est gratuite.

Envie d’en savoir plus ?

Si le sujet vous intéresse, je vous invite vivement à regarder le documentaire « Data center, la pollution cachée ».

Le sujet est passionnant et tellement vaste que je compte écrire d’autres articles sur le sujet !

15 comments

5 Comments

Margaux

Super article très intéressant !
J’applique déjà tous tes conseils (et ça fait un bien fou d’avoir une boîte mail vide), mais justement je me posais une question est-ce tu sais si Ecosia qui plante ses arbres grâce aux publicités fonctionne quand même en utilisant AdBlock ?
Bisous

Répondre

littlegreenbee

Très bonne remarque ! Il faut en effet désactiver Adblok pour Ecosia. Voici le lien pour savoir comment faire : https://ecosia.zendesk.com/hc/fr/articles/201657511-Comment-est-ce-que-je-peux-faire-pour-que-mon-bloqueur-de-publicit%C3%A9s-fasse-une-exception-pour-Ecosia-

Répondre

Margaux

Merci pour ta réponse rapide ! 🙂

Lisa

Merci pour ces conseils, je ne savais même pas que cela existait !

Bisous, Lisa

Répondre

littlegreenbee

Avec plaisir Lisa !

Répondre

Leave a Reply

Suivez-moi @ instagram