Portrait,

Derrière l’écran #18 : Elena sans H

Ce mois-ci, c'est Eléna du blog Elena sans H qui est à l'honneur ! Cette plume engagée habite Paris et, du haut de ses 27 printemps, elle a repris des études en économie sociale et solidaire

Ce mois-ci, c’est Eléna du blog Elena sans H qui est à l’honneur ! Cette plume engagée habite Paris et, du haut de ses 27 printemps, elle a repris des études en économie sociale et solidaire… Avec optimisme, et engouement, elle nous partage ses bons plans et ses réflexions en matières de mode, lectures, beauté, etc. Un blog engagé, car Eléna possèdes des convictions personnelles mais aussi car elle sait ce qu’elle veut ! D’ailleurs, si elle aime la Bretagne, avoir raison, parler de ce que les autres font de bien pour la planète, elle n’aime pas les acheteurs compulsifs, les cernes et la vulgarité (entre autres).

J’apprécie beaucoup Eléna car elle est authentique, se remet en question et partage sa quête pour un « mieux vivre », en accord avec ses principes. Elle propose également à sa communauté de réfléchir avec elle sur certaines questions, et comme elle le dit « Je pose souvent des questions pour créer une réflexion commune ».

Bienvenue dans l’univers coloré d’Eléna !

Bonjour Eléna, pourais-tu te presenter en quelques mots ?

Je suis Eléna, créatrice du blog Elena sans H sur lequel je partage mes engagements écologiques, réflexions sur la vie professionnelle et personnelle… Bref, je vois mon blog comme une forme de carnet de bord qui m’accompagne au fil de mon évolution. A côté de cela, je suis étudiante en économie sociale et solidaire. Enfin, une « vieille » étudiante car j’ai repris mes études en septembre pour poursuivre ma réflexion sur ce secteur qui m’est cher et qui m’a permis de découvrir mon côté engagé et militant.

Et comme je pense qu’il est important de ne pas se définir uniquement par « ce que l’on fait dans la vie », j’ajoute également que je suis passionnée de danse depuis toute, toute petite, que j’ai grandi dans une famille multiculturelle puisque ma mère est anglaise et mon père est français, que je suis une personne joyeuse et têtue (c’est ce qui ressort le plus souvent auprès de mon entourage). Comme tu peux le constater, je ne suis pas la meilleure pour faire des réponses synthétiques !

Quand as-tu débuté ton blog et sous quelle impulsion ?

Mon blog a une histoire aussi tumultueuse que ma vie professionnelle… Il est d’ailleurs très lié à son évolution. La première version de Elena sans H a commencé quand j’avais 20 ans, il y a donc 7 ans. Je parlais beaucoup, beaucoup de fringues et de mode parce que j’étais fascinée par l’effet positive que cela pouvait avoir sur les personnes (relooking, conseil en image, etc) et mes ami.e.s m’ont poussé à commencer mon blog parce qu’ils en avaient marre de m’entendre parler de ce sujet. Comme je les comprends, haha ! La même année, j’ai suivi une formation en management de la mode, j’étais complètement plongée dans ce secteur et cela se ressentait beaucoup dans mes articles. Aujourd’hui, ils ne sont plus visibles sur mon blog car s’éloignait beaucoup trop de ma vision des choses actuelle. Cela dit, les plus anciens articles remontent à 2014 ou 2015 je crois, car je m’intéressais déjà au vintage, à savoir bien choisir un vêtement ou un chapeau pour le garder longtemps.

Peu à peu, je me suis éloignée de la mode pour m’intéresser à la culture.

J’ai découvert le plaisir de lire et j’ai donc commencé une rubrique avec mes lectures préférées, j’allais souvent visiter des expositions, donc j’écrivais des revues à ce sujet. A chaque fois, les différentes périodes étaient entrecoupées de pause de 6 mois à 1 an. Oui, je n’étais que très peu assidue. Ce qui a tout changé, c’est quand j’ai compris que j’avais une légitimité à parler d’écologie et de mes avancées sur ce média. J’ai commencé à travailler dans ce milieu en 2015. Et il m’aura fallu 2 ans afin de me dire que j’avais le droit de parler de ça, de mes réflexions, avancées et astuces auprès de mes lecteurs et de ma communauté. Même si jusqu’alors, les articles ont été orientés vers la mode éthique et les cosmétiques bio, etc (très lié aux propositions de partenariat qu’on me fait), aujourd’hui il va encore subir un léger tournant. Lasse de parler de ces choses qui sont quand même un peu futiles, alors que je passe mon temps à pousser ma réflexion sur différents sujets, j’ai décidé de commencer à écrire des articles plus pointus, avec des interviews de marques par exemple, incluant des questions précises sur leurs engagements (retrouvez ici le dernier écrit au sujet d’Aatise). Dès la rentrée, je vais commencer à écrire sur des sujets de réflexion personnelle comme la solitude, l’écoféminisme, etc. J’ai hâte de commencer à publier ces articles !

Crédits photo : Camille Cier

Quand as-tu commencé à t’intéresser à l’écologie ?

C’est quelque chose qui, même de manière très discrète, a toujours fait partie de moi. J’ai toujours été hyper sensible au bien-être animal, à veiller à respecter autrui, ne pas faire aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse et c’est valable pour tout. Cela dit, je ne suis pas parfaite du tout et j’ai encore beaucoup de progrès à faire. Mais tant qu’on est sincère avec soi-même, c’est l’essentiel !
Il y a eu un vrai tournant dans ma manière de consommer, de voir les choses, etc quand je suis partie faire une randonnée équestre dans le Vercors, l’été 2015. J’avais très envie d’être seule, dans la nature, et de sortir de mon confort de vie. Suite à cela, j’ai commencé un service civique pour une association de sensibilisation et tout a changé… voilà. 🙂

Tu as repris des études, dans quel domaine ?

J’ai repris en septembre dernier des études en économie sociale et solidaire. La raison principale est ma frustration à ne pas apporter de connaissances dans le secteur dans lequel je travaillais (écologie) et de me contenter de quelques recherches ou de ce qu’on me disait. J’avais envie d’aller plus loin, de comprendre plus de choses et de développer de vraies connaissances sur ce secteur. Pour info, c’est un secteur qui regroupe toutes les organisations en lien avec les problématiques sociales et écologiques. L’aborder du point de vue économique est d’autant plus intéressant puisque cela nous permet de voir qu’une économie peut être réellement vertueuse.

Quel serait ton métier idéal ?

Je n’ai pas de métier idéal. Je dirai que pour moi l’idéal est de travailler pour une organisation dont la démarche et le projet sont sincères, avoir un bon soupçon de militance assumée et avec des collègues qui sont francs et généreux… Ainsi qu’une hiérarchie reconnaissante de l’engagement et des efforts de chacun. Si cet environnement de travail est fertile, la mission ne pourra être que facile à réaliser !

Quelle est ta recette fétiche ?

En cosmétique, je dirai que c’est celle de shampoing sec : grâce à ça je fais de réelles économies, c’est hyper simple, rapide, efficace et j’espace vraiment mes shampoings (normaux) donc mes cheveux sont plus beaux qu’avant ! Je prends deux cuillères à café de maïzena, une de cacao pur et une d’argile blanche. Et cette quantité me suffit pour environ 2-3 semaines de shampoing sec ! Merveilleux !

Sinon en cuisine… Je ne peux pas résister au tiramisu de ma maman !
Pour le salé, j’adore m’inspirer de cuisine indienne avec notamment une soupe de haricot rouge que j’adore ! Hyper facile à faire, succès garanti et vegan !

Quel est ton livre préféré et pourquoi ?

Question difficile… J’ai adoré lire Eat, Love, Pray (oui, version originale) puisqu’à ce moment (il y a 3 ans), j’étais déjà en recherche du moi. Sinon, Romain Gary est mon favori et notamment « La Vie devant soi » qui m’a particulièrement ému. Depuis peu, j’ai commencé des lectures féministes. Enfin j’aimerai en lire beaucoup plus mais avec le mémoire à faire, ce n’est pas envisageable. Cela dit, je vais clairement veiller à développer ma culture féministe grâce à ces lectures dès la mi août !

Quels sont les sujets que tu préfères aborder sur ton blog ?

Les sujets qui me révoltent et qui impliquent l’avis de ma communauté. J’ai adoré écrire l’article sur le We Love Green. Il y en a plein d’autres qui arriveront dès la rentrée… 🙂

J’ai cru comprendre que tu aimais voyager. Qu’est-ce que le voyage t’apporte ?

Je pense que tout le monde aime voyager. Le voyage, c’est sortir de son quotidien, rencontrer de nouvelles personnes, de nouveaux paysages… En somme, c’est s’enrichir ! Ce que je préfère, c’est aller en Bretagne ou à l’Île d’Yeu en Vendée… Eh oui, je pense que l’on n’a pas besoin de voyager loin pour se satisfaire parfaitement (même plus !) de ce que l’on a en face de soi. J’ai du mal avec la conception de devoir tout avoir vu pour se sentir exister. Et puis, ça irait à l’encontre de mes convictions de voyager aux 4 coins du monde. Cela dit, il m’est arrivé de faire de sublimes voyages… Le dernier c’était en Argentine pour aller rencontrer des communautés locales organisées en association. J’aime aussi beaucoup aller au Colorado voir ma tante… Les paysages sont immenses et l’atmosphère est paisible.

As-tu un mantra ou une citation qui te représente ?

Bah justement, j’en cherche un. Je dirai que j’ai toujours eu cette phrase de ma mère dans la tête : ne fais pas aux autres ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse.
Mais je dirai qu’en ce moment il y a aussi cette idée de cultiver son jardin. Je vais mener l’enquête vers mon mantra.

Quel est ton compte Instagram coup de cœur du moment ou de toujours ?

Coup de coeur du moment, je dirai que c’est @girl_go_green
Je kiffe tellement Camille aussi bien sur insta que dans la vraie vie !

Et de toujours… probablement @celinemarks pour ses photos de folie, son engagement écolo qui arrive peu à peu, son chien, etc.

Crédits photo : Elena sans H

Merci Eléna pour cette belle interview !

0no comment

Répondre

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Suivez-moi sur Instagram