avis roman prix pulitzer

Je veux un roman avec une héroïne

J’ai toujours adoré les romans. Ils font partie de ma vie depuis toute petite. Vous voulez une petite anecdote ? Nous allions régulièrement à la bibliothèque quand j’étais enfant, et j’ai vite achevé…tout le coin jeunesse. Je me rappelle la tête de la bibliothécaire qui m’avait alors guidée vers les romans pour adultes, sans trop savoir quelle lecture me proposer. Oui, lire “Le Parfum” à 10 ans n’était peut-être pas très indiqué, mais à l’époque, j’avais cru que ça parlerait du métier de Nez, métier qui m’a toujours fascinée…

Mais revenons à nos moutons, je voulais parler, dans cet article, de trois lectures qui m’ont bouleversée. Elles ont pour point commun le genre féminin, la sensibilité et une écriture puissante.

Le Chœur des Femmes de Martin Winckler

avis roman le choeur des femmes martin winckler gynécologie médecine

Mon avis

Il y a de ces lectures qui nous bouleversent, nous transcendent et nous emportent dans des endroits inconnus.

Le roman « Le chœur des femmes » de Martin Winckler est de ceux-là. On suit ´Djinn’, Jean Atwood, interne collée de force au service de maternité alors que son rêve est la chirurgie. Ce qui est un calvaire pour elle se transforme peu à peu en une vocation. C’est le genre de livres qui me donne envie d’écrire : l’écriture est puissante, crue, entière et passionnée. Les mots sont touchants, brutaux, soigneusement spontanés.

L’auteur Martin Winckler est médecin et parle de contraception, sexualité, intersexe, mutilations médicales et violences médicales VS écoute du patient. Une approche bienfaisante de la médecine.

Le livre parle aussi d’amour, de découverte de soi, de parentalité et encore bien d’autres choses. NB : ce roman existe également en BD, parue chez Le Lombard.

Un livre aussi puissant qu’un chant de femmes en écho

Betty de Tiffany Mc Daniel

Voici un extrait du résumé du roman “Betty” sur Babelio : avec ses frères et sœurs, Betty grandit bercée par la magie immémoriale des histoires de son père. Mais les plus noirs secrets de la famille se dévoilent peu à peu. Pour affronter le monde des adultes, Betty puise son courage dans l’écriture : elle confie sa douleur à des pages qu’elle enfouit sous terre au fil des années. Pour qu’un jour, toutes ces histoires n’en forment plus qu’une, qu’elle pourra enfin révéler.

Mon avis

Un roman à l’écriture déchirante et déchirée qui, par ses fêlures, laisse entrer la lumière. C’est la figure du père qui porte les lucioles, et nous amène vers un monde aux étoiles pas mûres, au delà de la noirceur d’une petite ville de l’Ohio dans les années ’60. Une flopée d’enfants d’un père Indien et d’une mère américaine, et une seule de la fratrie qui ressemble à une Cherokee. C’est de son regard que le récit nous est conté. Le regard d’un enfant, qui porte en elle la force et la sagesse de ses ancêtres et traverse des épreuves terribles : Betty, qui observe le pouvoir des hommes, des nantis et des Blancs. Betty est un roman superbe et très dur où la cruauté côtoie la magie.

Par petites touches, aussi, le féminisme se dessine comme à travers ces phrases « Pourquoi ne puis-je pas être la même quand je porte du rouge à lèvres que quand mes lèvres sont nues ? Est-ce que ce qui sort de mes lèvres ne devrait pas être plus important que ce qui les recouvre ? ». A l’instar des Indiens Cherokee qui considèrent que la nature est une femme, l’environnement est ici un personnage à part entière. L’écriture est également au cœur du roman. Elle est animée, permanente, poétique et habitée… L’écriture comme thérapie, l’écriture comme outil, comme évasion, l’écriture comme construction de soi.

C’est une ode, un hymne vibrant de l’auteure.

Ce roman est une poésie : les mots mêmes durs forment des colliers de perles dans le cœur.

Middlesex de Jeffrey Eugenides

avis roman middlesex jeffrey eugenides saga familiale prix pulitzer

Voici un extrait du résumé de Middlesex de Jeffrey Eugenides qu’on peut retrouver sur Babelio : mi-épopée (à la troisième personne), mi-roman d’apprentissage (à la première), ce livre est un hybride. Tout comme son héros ?héroïne, qui connaît la joie – et la douleur – d’appartenir aux deux sexes, avant d’opter définitivement pour celui qui lui convient. Des collines d’Asie Mineure aux villas cossues de Grosse Pointe, du fracas des canonnières dans le Bosphore aux explosions des grenades lacrymogènes dans les rues de Detroit, du ragtime au rock’n’roll, un demi-siècle d’Histoire se déroule sous nos yeux. Pour aboutir à ce conte de fées moderne : la transformation d’une teenager en un personnage mythologique.

Mon avis

On y parle d’amours incestueuses, d’incendies meurtrières et de gène hermaphrodite. Middlesex est avant tout l’histoire croisée des ancêtres du héros. Son récit se dessine doucement, comme le revers d’un ourlet, alors que celui de ses parents et grands-parents s’impriment très nettement dans les 200 premières pages. On y apprend la Grèce dans les années 20, Détroit quelle détresse, l’amour mensonge, la séduction et aussi plus tard son enfance et sa construction en tant que fille d’abord puisque personne n’a remarqué sa constitution d’hermaphrodite. L’écriture est plus douce que les deux autres livres. Pourtant, c’est dur mais c’est raconté avec humour parfois, tendresse aussi et de manière générale, je trouve l’écriture moins écorchée que les deux autres romans, mais le personnage ne l’est pas moins.

Connaissez-vous ces romans ?

Total
0
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent
chapeau zalando mode ethique ecoresponsable coton bio gots

Se protéger du soleil : vive les chapeaux et la crème solaire !

Article suivant

Mon avis sur le matelas naturel Kipli

Vous aimerez aussi