manger moins de viande

5 astuces pour manger moins de viande : comment faire ?

On parle beaucoup pour l’instant du lien entre consommation de viande et changement climatique. En effet, l’un des gestes les plus impactants qu’on peut effectuer en tant qu’individu pour réduire son empreinte climatique, c’est de réduire (ou encore mieux, arrêter) de consommer des produits carnés et laitiers. Souvenez-vous de la bruyante polémique suite aux propos de la députée écoféministe Sandrine Rousseau sur le barbecue : «Pour que manger une entrecôte cuite sur un barbecue ne soit plus un symbole de virilité». A moins de vivre sur la Lune, difficile d’être passé à côté des quantités de réactions (vive les photos de steaks sur les réseaux sociaux) attestant que le lien entre consommation de viande et virilité était faux. Pourtant, les études l’ont démontré : les hommes consomment plus de viande rouge. Et les femmes sont plus nombreuses à adopter un régime végétarien. Et surtout, ce que Sandrine Rousseau voulait exprimer (à mon sens), c’est l‘importance de briser le corrélaire “virilité” et “viande” qui est essentiel, afin de changer de regard pour réduire la consommation carnée et son impact climatique. NB : Si le sujet du lien entre genre et climat (vive l’écoféminisme !) vous intéresse, je vous invite vivement à lire cet excellent article, richement documenté.

 C’est aussi refuser le carnisme, notre système de pensée dominant qui considère les animaux comme des biens consommables, au mépris total de leur bien-être. D’autant que l’élevage industriel est un véritable enfer pour les animaux. Mais souvent, on ne sait pas par où commencer quand on souhaite manger moins de viande : quelle recette faire ? risque-t-on d’être carencé ? quels produits choisir ? Je vous propose dans cet article 5 astuces toutes simples à mettre en place pour réduire votre consommation de viande, et garder du plaisir en cuisine !

1. Optez pour des alternatives végétales quand c’est possible

Il est vrai que si vous êtes un amoureux de la viande rouge, j’aurai du mal à vous proposer un équivalent. Néanmoins, il est possible de réduire sa consommation de viande et produits laitiers par quelques actions simples :

  • remplacer la crème fraiche : par de la purée d’amande dans vos soupes; par de la crème végétarienne comme celle au soja, au chanvre. Testez et goûtez, elle se cuisine de la même manière que la crème fraiche à base de lait.
  • remplacer le haché par du haché végétal : La marque Le boucher végétarien en fait de l’excellent et les rayons de supermarché regorgent de choix en la matière.
  • même chose concernant les yahourts : il existe pas mal d’alternatives végétales, notamment la marque Sojade, à vous de tester selon vos goûts.
  • réduire le beurre dans les préparations de pâtisserie : déjà votre corps vous dira merci, et puis vous n’y verrez aucune différence à la dégustation. La plupart des recettes de pâtisserie ont des alternatives végétariennes. Tapez par exemple “cake sans beurre” dans votre moteur de recherche, et vous trouverez des suggestions telles que de la compote de pommes, de la purée d’oléagineux, de l’huile neutre, etc.
  • essayer les simili-carnés, présents aux rayons végétariens des supermarchés et des magasins bio.

Ceci dit, méfiez-vous malgré tout des produits trop transformés, qui sont mauvais pour la santé. C’est sûr que ça peut nous aider de temps en temps, mais ça coûte plus cher et c’est carrément de la malbouffe. Rien de tel que l’autonomie pour savoir ce qu’on mange et dépenser moins d’argent.

2. Cuisinez exotique

Les cuisines du monde entier regorgent d’inspiration en matière de recettes végétariennes. En Inde, près de la moitié de la population est végétarienne, en raison de sa religion (hindouisme, bouddhisme), mais aussi pour des raisons financières. Cette cuisine fait la part belle aux épices comme le curry et le curcuma, les pois chiches et les légumineuses de manière générale. L’occasion d’essayer un dahl, incontournable de la cuisine indienne…

Je suis aussi une grande amoureuse de la cuisine asiatique, qui possède de nombreux condiments pour relever ses plats : sauce soja, sauce aigre-douce, gingembre et toutes des autres épices permettant de s’amuser avec du tofu ou des soupes de nouilles aux légumes. Cela me renvoie immédiatement à Chiang Mai, où j’ai le mieux mangé de ma vie !

soupe de nouilles vegan

3. Rejoignez un potager/poulaillé collectif ou créez le vôtre

Par ce double conseil, je vous invite à retrouver du lien avec votre nourriture…mais aussi du goût ! Et moins de dépenses…Bref, les avantages sont nombreux. Rejoindre un potager partagé, c’est l’assurance d’avoir de bons légumes de saison riches en vitamines, mais aussi créer du lien avec d’autres personnes, échanger vos bonnes astuces, apprendre de nouvelles choses, etc. Si vous avez un balcon ou un jardin, rien ne vous empêche de vous lancer dans votre propre potager et puis de faire du troc. C’est ce que je fais avec ma voisine, assez naturellement : “tiens, veux-tu du raisin ?” “et moi, j’ai des poires, je t’en prépare quelques unes”… C’est vraiment très motivant de voir pousser ses propres récoltes et pas besoin d’avoir la main verte (je vous assure!).

Quant au poulailler, il est parfois difficile en termes d’espace d’en installer un chez soi. C’est pourquoi de plus en plus d’initiatives citoyennes (souvent aussi dans le même lieu que le potager) se tournent vers les poulaillers collectifs. Histoire de lutter contre le mal-être animal en tournant le dos aux oeufs de batterie, d’apprendre à élever des poules (et à s’attacher à elles, vous verrez) et d’initier vos enfants à apprendre le sens des responsabilités tout en s’attachant à leurs animaux de compagnie à plumes. Et qui dit partage, dit partage…de tâches, mais aussi de dépenses ! Bref, une initiative qui a tout pour plaire.

4. Inspirez-vous

Il existe de super livres pour cuisiner les légumes. Et puis, évidemment les blogs et les comptes Instagram.

Je vous invite à consulter les blogs inspirants suivants :

5. Surveillez votre santé

Souvent, une des craintes qui ressort concernant un régime sans viande, c’est celle d’être carencé.

Tout d’abord, il est possible de trouver des protéines dans d’autres sources que la viande :

  • les oeufs, mais svp alors des oeufs de ferme, pas de batterie…(je parle sur Instagram sur mon sauvetage de poules issues de l’élevage industriel, si vous voulez en savoir plus)
  • les légumes secs, comme les lentilles, les pois chiches
  • les céréales, comme le blé ou le riz

Mangez des végétaux riches en fer (lentilles, haricots, soja, céréales…)

Prenez de la vitamine B12 en complément alimentaire.

Et si vous êtes inquiet lors de votre transition alimentaire, faites une prise de sang chez votre médecin tous les 3 mois, puis 1 fois par an. Cela vous permettra de vous assurer que vous ne manquez d’aucun nutriment et à rectifier le tir si nécessaire ! Par ailleurs, votre médecin de famille peut aussi vous donner des trucs et astuces ou vous suggérer des compléments alimentaires adaptés.

Total
23
Shares
Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Article précédent

Les chaussures éthiques, un must have de la rentrée

Vous aimerez aussi
Lire plus

3 recettes faciles à la mangue

Cuisinez 3 recettes sucrées et salées à la mangue : apéro, plat principal et dessert. Faites-vous plaisir avec ces recettes simples et rapides !
Lire plus

Comment faire mûrir ses bananes plus vite ?

Faire mûrir vos bananes bio et fairtrade chez vous, c'est possible ! Et avec mon code promo, recevez 10€ de réduction sur tout l'eshop gebana. Tous mes conseils dans l'article.
gaspillage alimentaire fruits légumes
Lire plus

Dites non au gaspillage alimentaire !

Le gaspillage alimentaire, c'est quoi ? Quels sont les aliments les plus gaspillés ? Quelles solutions existent pour lutter contre ce fléau ?