Inspiration, Mode,

Dressing éthique: et si on se lançait ensemble?

Hier matin, je me suis réveillée en pensant à la mode, et à la difficulté pour une fashion victim de repenser son dressing. Je soin loin d’être une fashion victim et pourtant, je galère déjà énormément à repenser mon dressing de manière minimaliste. En plein élan rédactionnel, j’ai voulu entamer un article sur le sujet, mais d’autres questions sont venues s’ajouter. Puis une envie plus large d’entamer un dossier sur le sujet avec des articles à quatre mains. L’envie de combiner une approche vestimentaire globale, avec mon amie Nathalie, avec qui j’ai souvent de longues discussions sur les vêtements, sujet (et objet) que nous aimons toutes deux. Elle est une fervente et talentueuse couturière avec un blog sur le sujet, qui répond au nom d’Atelier 292. Je vous l’ai d’ailleurs présentée en portrait il y a déjà quelques temps (redécouvrez-le dès à présent).

Emulsion

Ce qui est génial avec Nathalie, c’est que nous sommes connectées. On s’émulsionne ensemble d’une manière formidable et nos discussions me nourrissent beaucoup. Il en ressort souvent une envie de créativité et une bonne dose d’énergies positives. Je lui en parle donc, un peu en vrac, de cette idée, de cette envie, pas très structurée, sans tenant et aboutissant et directement, elle rebondit. On cherche comment joindre l’aspect couture – elle, et l’aspect éthique – moi. Comment rapprocher nos deux mondes, au travers de la mode. On réfléchit aux différents sujets qui nous parlent en ce moment : la détox vestimentaire, les vêtements qui nous définissent, comment se sentir bien dans ses fringues, etc. On se demande comment vous faire participer, et comment vous donner envie de bouger aussi, si vous avez envie d’un dressing qui vous correspond, avec des pièces qui ont de la valeur pour vous et que vous aimez porter.

Action

On décide donc d’agir ! D’écrire sur une mise en pratique concrète pour redéfinir sa garde-robe « idéale », ou plutôt parfaitement imparfaite, avec des vêtements issus de la fast-fashion mais qu’on aime et qu’on va garder, avec des basiques intemporels aux belles matières et aux belles valeurs et pour les couturières, avec du cousu main qu’on est fière d’arborer.
Ce qui tombe bien, c’est que Nathalie comptait justement lancer son challenge du mois de mai (dans le cadre du « MeMadeMay« , un challenge du monde de la couture qui prend cours durant tout le mois de mai. Découvrez son article pour mieux comprendre sa démarche et le cadre du MeMadeMay. Pas de défi imposé, libre à vous donc de créer le vôtre, ou de vous associer à celui que nous mettons en place.
En mai, nous lancerons les jalons de notre défi pour une garde-robe qui nous colle à la peau avec en première étape un état des lieux de la situation. Car surtout, on veut éviter un défi qui fait peur de par son immensité. On souhaite escalader crête après crête cette montagne, pour pouvoir souffler et regarder en arrière les étapes accomplies.
On a envie de mettre en place quelque chose qui soit réellement faisable, et de le faire avec vous.
L’occasion de créer, mais aussi de se recréer, de faire du ménage, dans sa tête et son dressing, de repartir sur de nouvelles bases pour avoir une garde-robe minimaliste, qui va à l’essentiel et qui nous correspond. Pour y arriver, nous proposerons des articles d’inspiration, des looks éthiques ou des patrons coutures pour Nathalie, des exercices pratiques, etc. pour une garde-robe en accord avec soi et ses valeurs !

Envie de nous rejoindre ?

Suivez-nous sur nos blogs et sur Instagram et ajoutez à vos publications le hashtag #mondressingadoré dans vos publications sur la mode éthique. Mon dressing adoré », il nous a fallu deux heures pour le trouver. On voulait un nom qui ramène à l’essentiel : à ce dont on a besoin, qui réfère au minimalisme, mais aussi sélectionner le meilleur et éliminer le superflu. Essentiel, c’est aussi trouver du sens, tout en ayant du fun et du style. Et puis c’est tombé, Mon dressing adoré, on s’y sent bien, on s’y sent chez soi mais avec style et c’est ça qu’on voulait. A l’instar de notre dressing, qui combine des pièces branches avec des intemporels, un mariage essentiel de pièces dans lesquelles on se sent belles. Car un dressing, c’est loin d’être futile, et nombreux sont les anthropologues qui se sont penchés sur la question. Dans un des episodes du podcast « Nouveau Modèle », Nora Gherbi parle d’ailleurs de la mode comme « thermomètre d’une société car au delà des vêtements, c’est un moyen de définir nos sociétés ».
Et puis, on est des filles simples et sans chichi, Nathalie et moi, on voulait un nom mignon, qui donne envie de sourire, sans faux-cils ni botox, alors Mon dressing adoré est venu et on vous invite à y rentrer !
A très vite, j’ai hâte de débuter cette aventure avec vous !
5no comment

Répondre

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Suivez-moi sur Instagram