Maison,

Minimalisme : épurer sa maison

Cette semaine, je poursuis mes réflexions quant au bien-être. Et après vous avoir parlé jardinage, c’est au tour de la maison. « Home sweet home », cette expression prend d’autant plus sens en cette période de confinement. Avoir un chez soi à son image, s’y sentir bien est primordial.

Comme dans tout, je considère que « less is more », et qu’il vaut mieux s’entourer de peu mais choisi avec soin, dans une optique slow déco. Si ce concept ne vous dit rien, je vous invite à d’abord lire l’article que j’ai rédigé sur la slow déco.  De même, si vous souhaitez bien appréhender le concept de minimalisme, lisez au préalable l’article sur le minimalisme. L’objectif ultime du minimalisme est de ramener l’essentiel là où il importe vraiment. Il a aussi pour but de simplifier la vie, de faire gagner du temps. Du temps qu’on peut alors consacrer à ceux qu’on aime, et à ce qui nous rend heureux. Bien sûr, nous avons tous nos propres valeurs et « l’essentiel » pour l’un ne sera pas le même pour l’autre. C’est pourquoi le minimalisme est un moyen et non une fin, et il se décline au quotidien différemment chez chacun d’entre nous.

Il parait que 99 objets sont essentiels au quotidien, c’est l’auteur Dominique Loreau qui le dit. Je suis certaine d’en avoir bien plus… Et le minimalisme est à mon sens un concept plus qualitatif que quantitatif. A chacun d’estimer le nombre d’objets qu’il veut posséder, l’important est d’aborder la réflexion et de se rendre compte du nombre d’objets parfois effarant que l’on possède, pour se débarrasser peu à peu du superflu. Le minimalisme ne doit pas spécialement s’appliquer à l’extrême, selon moi.

Crédits photo : Pinterest

Pourquoi épurer sa maison ?

Tout d’abord, avoir une maison épurée amène un bien-être psychologique. Carole*, spécialiste en bien-être intérieur, précise que cela joue profondément sur notre état émotionnel et énergétique. Créer du vide autour de soi apporte bien-être, calme intérieur et apaise ou rebooste certains. « Faire le vide autour de soi, c’est faire le tri en soi, à l’intérieur de notre monde mais aussi de nos corps énergétiques. Cela nous invite à choisir et à nous positionner en qu’Etre physique et spirituel. Reliant ainsi la terre le ciel ». Carole décrit l’acte de tri et de re-décoration de son espace comme un gage de spiritualité concrète. « Cela offre de l’élan intérieur et crée de la place pour laisser entrer la nouveauté dans notre vie. Une nouveauté plus alignée avec l’Etre moderne et en continuelle évolution que nous sommes. »

*Carole, architecte décoratrice et créatrice d’intérieur propose des accompagnements holistiques pour créer une maison qui vous ressemble sur tous les plans de votre Etre. Vous pouvez la retrouver sur son site www.carolecharuel.com ou sur ses Instagram @faiteslepleindessens et @carolecharuelcreation)

Mais une maison minimaliste, c’est aussi un gain de temps. Si vous possédez moins d’objets, votre maison est plus facile à ranger et à nettoyer. Il est aussi plus facile de retrouver ce que vous avez perdu…si comme moi, vous avez tendance à tout perdre !

C’est aussi aller dans le sens de ses convictions éthiques. En effet, quand on a pour objectif une consommation plus écologique, il est évident que consommer moins est prioritaire car cela implique de diminuer la consommation de ressources premières et donc de diminuer la pollution. Pour découvrir une maison minimaliste pièce par pièce consultez l’article de Ma Conscience Ecolo à ce sujet.

Cette infographie, dénichée sur le site web d’improvyoutself.fr résume bien les avantages d’une maison minimaliste.

Crédits photo : improv yourself

Comment épurer sa maison ?

Avoir une maison minimaliste passe essentiellement par le désencombrement. L’idée est de vivre mieux, en possédant moins.

Se créer un dressing adoré

Comme j’ai consacré une série d’articles au désencombrement de son dressing, je ne vais pas réinventer la roue et je vous invite à les lire : vous y apprendrez à faire un tri dans votre dressing, trouver votre style, des idées de tenues pour chaque saison, etc.

Faire le tri

Commencez par supprimer (vendre ou donner, ne jetez que ce qui est irréparable) ce que vous avez en double, ce qui est inutilisé ou ce qui est de même usage. Je vous conseille de faire ce tri pièce par pièce, sans pression et à votre aise. Par exemple, débutez par le tri de votre cuisine : vaisselle dépareillée, multiples râpes à fromage, livres de cuisine que vous ne feuilletez jamais, ustensiles ménagers certes pratiques mais inusités, etc. Mettez-les de côté et donnez-les à votre entourage, à une association ou vendez-les. Ne vous mettez pas la barre trop haute et ne vous épuisez pas, ce désencombrement peut se faire petit à petit…

Stop au sentimentalisme

Il est important d’intégrer votre entourage à votre démarche. En effet, expliquez à votre famille et à vos amis que vous avez envie d’un intérieur plus minimaliste et que vous préférez ne plus recevoir d’objets. Expliquez que vous préférez recevoir une plante (je me rappelle que mon parrain m’a un jour offert des bulbes alors que je l’invitais à manger, j’avais trouvé ça génial), une bonne bouteille de vin, un dessert fait maison ou que leur présence suffira à votre bonheur, tout simplement.

Crédits photo : Federica Galli (Unsplash)

Evitez aussi de garder des objets par pur sentimentalisme. Si donner de la valeur a un objet a du sens dans une optique minimaliste, garder un objet uniquement pour cette valeur est contradictoire. Donnez vos objets aux valeurs sentimentales que vous n’utilisez plus, réparez les objets cassés, vendez-les.

Stop à l’accumulation

A quoi bon avoir plusieurs services de vaisselle ? Ou 20 tasses ? A moins d’avoir une tribu à la maison, les occasions où une telle quantité de vaisselle sera utilisée sont plutôt rares, non ? Et si elles se présentent, rien ne vous empêche de demander de la vaisselle à prêter, ou de demander à vos invités d’en amener…

Envie d’objets ou de meubles ?

Privilégier la qualité

Une idée de base du minimalisme est de privilégier la qualité et non la quantité. Pour cela, il est important de bien savoir ce qu’on recherche, ce qu’on veut, et d’intégrer cette recherche au processus d’achat en soi. Consultez des magazines ou Pinterest (ma source d’inspiration favorite), créez un tableau de vos envies, réfléchissez au prix que vous voulez mettre, aux critères qui vous semblent impératifs : couleur, matériau, pays d’origine, budget, neuf ou seconde main, etc. Vous verrez, cette réflexion apporte un vrai plaisir à l’achat et permet d’éviter le shopping compulsif. Elle permet aussi d’affiner ses goûts et de définir un style de décoration qui vous ressemble.

Dans une optique minimaliste, les objets et meubles que l’on possède ont du sens.

Il est primordial de choisir des meubles que l’on trouve beaux, qui sont pratiques et robustes. Nina Chardin, spécialiste de slow déco et plume du blog My Green Cocoon nous donne quelques astuces pour choisir des meubles :

« Dans une logique de durabilité, on privilégiera du mobilier de seconde main, tant que possible. Ils évitent l’extraction de nouvelles matières premières, la pollution liée à leur fabrication et l’impact carbone de leur transport. Les meubles d’antan, généralement en bois massif, sont généralement bien plus résistants que ceux que l’on trouve dans le commerce actuel, en bois agglomérés. Vous pourrez ainsi les garder plus longtemps.

Crédits photo : Mitch Moondae (Unsplash)

Les objets et meubles de la grand distribution sont composés de matériaux bas de gamme, fabriqués à l’autre bout du monde,  généralement en bois aggloméré et plastiques de mauvaise qualité, recouverts de vernis et peintures, et émettant des composés nocifs pour notre santé (COV, formaldéhyde, perturbateurs endocriniens…) pendant plusieurs années après leur fabrication. Les objets de seconde main ont déjà émis la majorité, si ce n’est la totalité, de ces composés nocifs. Choisir le seconde main ou la qualité, c’est aussi protéger votre santé avec un air sain. C’est d’autant plus vrai pour les enfants qui y sont plus sensibles, j’ai consacré un article à la décoration et l’aménagement des chambres de bébé et d’enfants non-toxiques.

Acheter d’occasion, c’est acquérir du mobilier ou des objets qui ont une histoire, qui ont du charme. C’est partir à la conquête de LA pièce qui vous conviendra vraiment, et créer une histoire avec cet objet et son vendeur. Vous créez ainsi un lien émotionnel avec les objets qui vous entourent, et c’est là aussi l’intérêt d’un objet de décoration ou d’un meuble, au delà de son usage, de vous apporter du bien-être par sa forme, sa couleur, sa texture, l’histoire qui en émane.

Si vous choisissez d’acheter neuf, je vous préconise d’opter pour des pièces intemporelles, de ne pas céder aux tendances, et là encore de privilégier des pièces de qualité. Pour cela, on privilégie les matières premières brutes comme le bois massif, locales, non traitées et non décorées, ou alors avec des peinture saines et écologiques, on préférera les fabrications locales et artisanales. »

Nina possède d’ailleurs sur son blog un eshop d’objets écoresponsables et j’aime lire ses articles, qui regorge de bons conseils et de photos inspirantes.

Opter pour la location

En développant peu à peu une pensée minimaliste, je préfère louer ou emprunter les choses plutôt que de les acheter. Pour les livres, j’utilise par exemple le site web Lirtuel, qui permet de louer gratuitement des livres virtuels. J’ai également mis en place un groupe d’échanges de livres. Il en va de même pour les outils ou certains appareils ménagers (comme un appareil à raclette, une crêpière, etc).J e trouve que cela n’a aucun sens d’accumuler des objets qu’on va utiliser quelques fois par an…

Alors, cet article vous donne envie d’épurer votre intérieur ?

 

112 commentaires

2 commentaires

Lauverway

Coucou ! Ton article est super intéressant ! J’ai tendance et depuis peu de temps à acheter les vêtements sur vinted, même les soins ou le maquillage neuf. En ce qui concerne les meubles j’avoue j’ai du mal, déjà parce que j’ai l’impression que tout est vieux (je sais c’est une reflexion bête j’avais la même avant avec les vêtements), mais je réalise que c’est surtout parce que je ne cherches pas… J’y reflechirais à deux fois mainteant ! Merci pour cette découverte !

Répondre

littlegreenbee

Merci pour ce compliment. C’est vrai que les meubles en seconde main nous paraissent « vieux », et tout le monde n’est pas fan du vintage, mais il y a aussi des particuliers qui revendent des meubles très modernes encore en parfait état !

Répondre

Répondre

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Wishlist

Suivez-moi sur Instagram